LSee Challenge, Nutrition, Science, Sport

Mesurer son poids …. et sa masse grasse

Ahh le flip et le blues de monter sur sa balance … nous avons tous nos stratégies pour mettre à distance une réalité que nous pouvons trouver cruelle : trop gros, trop maigre, pas assez musclé, etc, etc. et le passage sur la balance est en principe une manière d’objectiver notre poids. Moi j’ai souvent remarqué que le symptôme le plus clair d’une prise de poids est … mon absence de désir de monter sur la balance, histoire de me réfugier dans l’illusion que, non, je n’ai pas grossi !

Nous allons voir dans ce post que c’est un tout petit peu plus compliqué, et que, finalement mesurer son poids et sa quantité de gras n’est pas si simple !

Nous allons ici présenter trois méthodes.

  • La balance à impédancemètre
  • Le scanner DXA
  • La pince à plis cutanés.

 

La balance impédancemètre et le scanner

La balance à impédancemètre est censée vous donner votre pourcentage de masse grasse, masse maigre, niveau d’hydratation, en plus du poids. La méthode consiste à envoyer un léger courant électrique dans vos pieds, à mesurer votre impédance (résistance électrique) et à en déduire la répartition des différents constituants de votre corps : le gras et le muscle n’ont pas la même résistance électrique.  Les balances sont plus ou moins sophistiquées, et nous utilisons un modèle grand public.

La technologie n’est pas très fiable, mais plus accessible qu’un scanner comme celui-là, qui est assez peu portable 🙂

mh_prodigy_clinicianandpatient

Le scanner quand à lui donne des résultats très précis, car il mesure en détail la masse de tous les compartiments corporels.

Voici les résultats que Philippe a obtenus lors d’une mesure faite début 2015 :

image_scanner

La photo c’est juste pour le fun !

repartition

On note deux choses intéressantes ici :

  • La quantité de gras (12 kilos)
  • La quantité d’eau (42 litres)

Ce qui nous amène au problème des balances à impédancemètre !

En général la quantité de gras est nettement sous-évaluée par les balances. D’après la balance utilisée, Philippe pèse actuellement 71,3 kilos, et a 10,4% de masse grasse, soit 7,41 kilos. Alors que d’après le scanner, il avait 12 kilos de gras en pesant 3 kilos de moins ! En fait, Philippe a sans doute autour de 15 kilos de gras, donc une erreur de mesure de …100%.

Par ailleurs, le taux d’hydratation varie beaucoup d’un jour à l’autre. 5% d’hydratation en plus ou en moins, ça fait … 4 kilos ! Et 2 kilos de moins d’eau et la même quantité de gras, le % de gras va apparaitre plus élevé !

La pince à plis cutanés

La méthode la meilleur marché et qui peut-être aussi un prétexte à fous-rires lors d’une soirée entre copains (ou copines) :
« hé les amis, je viens d’acheter ça, on va tous mesurer notre masse grasse ! » . Chez LSee on est sérieux, alors on évite :-).

fat-percentage-caliper

On se pince à plusieurs endroits stratégiques (inutile de préciser) et ensuite il y une grosse équation, du style :

Densité (g/ml)=1.1043 – (0.00133 x pli de la cuisse) – (0.00131 x pli sous-scapulaire)

Cette méthode est assez fastidieuse toutefois. On a vite fait de se tromper de quelques millimètres.

Mais si ça vous intéresse, les équations se trouvent facilement sur Internet, ici par exemple :

La méthode … visuelle ! 

En fait, un moyen facile (mais impitoyable …) de mesurer la masse grasse est … de regarder ses abdos.

Pour les garçons :

body-composition-chart-men

Pour les filles (y’a pas de raison) :

body-composition-chart-female

Evidemment l’aspect dépend également du rapport masse grasse / masse maigre, plus on est musclé et moins la même quantité de graisse se voit, sur cette photo c’est le même % de masse grasse mais celui de gauche a 10 kilos de muscles en plus, ca fait la différence !

lean-body-muscle_not

Quelques recommandations de bon sens pour finir

Quelle que soit votre raison pour mesurer votre masse grasse, faites-le régulièrement et toujours avec le même protocole. La valeur absolue a assez peu d’importance finalement, ce qui compte c’est la variation. Et pas trois fois par jour ! Tout ce qui a voir avec les modifications corporelles, ça prend du temps. Que ce soit rajouter un kilo de muscle ou perdre un kilo de gras, les délais raisonnables se comptent en semaines ou en mois. Donc rien ne sert de mesurer trois fois par jour, sauf si, comme nous, vous êtes en mode « cobaye » . Et on peut fuir comme la peste tout ce qui vous promet de perdre des kilos en quelques heures.

Et il ne faut pas oublier que le gras c’est la vie. Les masses grasses très basses des culturistes sont intenables dans la durée et très dangereuses pour l’organisme. La matière sèche de notre cher cerveau est à 60% du gras !  Un corps raisonnablement gras est parfaitement fonctionnel, qu’on se le dise !